Elhadj Bah Ousmane
Président de l'UPR

A la une

Affaire Oustaz Taibou : Le faux-prédicateur condamné pour escroquerie de plus de 8 milliards GNF

 

Ce vendredi 14 avril 2017, le tribunal a rendu le verdict dans l’affaire opposant le fameux prédicateur Oustaz Taibou Bah et son épouse Hassatou Baldé au cambiste Thierno Nouhou Diallo.

Lire la suite...

 La journée internationale de la femme est célébrée chaque 8 mars à travers le monde entier.Un jour où les femmes sont  reconnues pour leur bravoures, leurs courages, sans égard aux divisions, qu’elles soient nationales, ethniques culturelles, économiques ou politiques et voir même linguistiques.

C’est une occasion pour elles de faire le point sur les luttes menées et les réalisations passées afin  de préparer l’avenir et de se fixer vers les futures générations.

Aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus urgents de la société ne peut être trouvée sans la pleine implication des femmes du monde entier.«  Le travail d’une femme vaut plus que le discours de cent hommes. »Nous dit un proverbe afghan.
Pour la petite  histoire : en 1975, lors de l’année internationale de la femme, l’organisation  des nations unies a commencé à célébrer la journée internationale de la femme le 8mars.

Deux ans plus tard, en 1977, l’assemblée générale a adopté une résolution proclamant  la journée des nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale. Une journée de l’année observée par les états  membres conformément à leurs traditions historiques et nationales. En adoptant sa résolution, l’assemblée générale a reconnu le rôle  des femmes
dans les efforts de paix et de développement et a appelé à mettre fin aux discriminations et renforcer le soutien à la pleine participation des femmes.

Le thème de cette année est   «  l’accès des femmes et des filles à l’éducation, à la formation, la science, la technologie et la promotion de l’égalité d’accès à un travail décent.»

En Guinée : ce 8mars plusieurs activités se tiennent à la faveur de la sensibilisation, de la journée de doléance des femmes, de la nuit de l’excellence de la femme guinéenne et tant d’autres manifestations. A noter que le taux de scolarisation reste  faible sur l’ensemble du territoire national, l’accès des femmes à des postes de décisions et à un travail décent
laisse  toujours à désirer.
 
Face à ces défis énormes de nouvelles orientations pratiques doivent  être mises en place pour inverser les tendances. La femme doit forcement rester au centre des préoccupations des nouveaux gouvernants.
 
  Une synthèse  de Aicha Kader  Guinée/Conakry pour www.balekonews.com

   Tel : 224 64 24 07 74

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

20090415_2067812505_.jpg

Dernieres videos