Elhadj Bah Ousmane
Président de l'UPR

A la une

Conakry : l’insécurité est devenue inquiétante et galopante : Un soldat de la sécurité présidentielle assassiné a Kaloum.

 

C’est dans la nuit du lundi au mardi 18 juillet 2017, aux environs de 02 heures du matin, qu’un sergent-chef de la sécurité présidentielle qui était sur une moto est tombé dans une embuscade tenue par des bandits à la base de la Sotelgui, dans le quartier d’Almamya. Selon les informations obtenues par le reporter de Balekonews.com qui s’est rendu sur place, il a été ligoté et maltraité à mort.

Lire la suite...

Souvenons-nous de notre regretté Siradiou DIALLO, Président fondateur de l’UPR, arraché brusquement à l’affection de ses militants et militantes, de sa famille, de ses amis et de tous les Guinéens, le 14 mars 2004, en France ! Ayons pour lui une pensée particulière et profonde, le 14 mars 2011, jour anniversaire de sa disparition !

 Mesdames, Messieurs, les responsables, militants et sympathisants des Partis Politiques,

Mesdames, Messieurs les représentants de la Société Civile,

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, les Invités

 C’est avec un réel plaisir et un honneur inouï   que nous vous recevons très nombreux ici ce soir pour commémorer le septième anniversaire de la disparition de l’illustre fondateur de notre formation politique, l’Union pour le Progrès et le Renouveau, UPR. En effet, cela fait aujourd’hui sept ans depuis que l’honorable Siradiou Diallo nous a quitté pour rejoindre sa dernière demeure.

C’est Le 14 mars 2004, à la surprise générale, qu’il s’éteignait à Paris, à l’âge de soixante huit  ans, plongeant ainsi de nombreux admirateurs et supporters dans le désarroi.

Pour marquer ce triste anniversaire, je veux tout d’abord avoir une pensée profonde et pieuse pour cet homme exceptionnel, qui restera dans l’histoire de notre pays comme l’une des  plus grandes figures politiques de notre temps.

Mesdames et messieurs,  je vous prie de bien vouloir observer une minute de silence à la mémoire de L’honorable Siradiou Diallo et de  tous ceux qui, sont morts au champ d’honneur en vue de l’instauration de la démocratie et d’un réel développement dans notre chère patrie, a l’image de ces grands héros du 28 septembre 2008, qui ont  perdu leurs  vie le simple fait d’être sorti pour appeler au  respect des engagements pris par        une junte militaire venu au pouvoir en violation de la loi fondamentale qui régit la constitution.

 Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs les Invités, au nom des tous les responsables et militants de l’UPR nous vous disons grand merci et welcome

 Siradiou est né à Labé, en Guinée, le 25 août 1936. Il était le fils ainé d’une grande famille unie de 21 frères et sœurs.  Son père Elhadj lbrahima Gassama DIALLO était un fonctionnaire qui a servi I' Administration avant et après I' indépendance à travers tout le pays.

Il a fait ses études primaires à Labé et passa quatre années au cours normal de la capitale de la savane guinéenne où il se fit de nombreux amis. Il obtint le Brevet Elémentaire et le concours d’entrée à I' école Normale William Ponty en juin1955.

En 1958, il est admis au lycée Van Vollenhoven de Dakar, ou il passa le baccalauréat 2eme partie série philosophie. Comme la plupart des jeunes intellectuels de cette époque, il milita au PAI (Parti Africain de l’indépendance) de Majmout DIOP. Durant ses vacances de 1958, il participa activement à la Campagne pour le non au referendum gaulliste. II est secrétaire d’un bureau de vote à Labé. L’indépendance acquise, il est engagé volontaire pour enseigner au Lycée Labé.

 Novembre 1959, il est inscrit à l’Université de Dakar en Faculté des Lettres et Sciences Humaines et en Faculté de Droit et Sciences Economiques. II est élu Secrétaire à I’ Organisation de I'UGEAO (Union Générale des Etudiants d'Afrique Occidentale).De là, il dénonçait avec énergie la répression des élèves et des enseignants déclenchée en Guinée en Novembre 1961. En même temps, il participait à I ‘organisation par I' UGEAO d'une grandiose manifestation à l’assassinat de Patrice Lumumba. Siradiou DIALLO est recherché par la Police Judiciaire de Dakar pour être livré en guinee. II quitta clandestinement le Sénégal et joindra la France via la Mauritanie. C’était en janvier 1962.

II s'y inscrivit à I' Université de Poitiers où il décrocha en 1965 une licence en Sciences Economiques tout en travaillant et en militant au sein de I' AEGF (Association des Etudiants Guinéens en France) et de la FEANF (Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France). C’est après qu’il monta à Paris pour préparer un doctorat es sciences économiques. En 1966-1967 il est étudiant au CEEFB (Centre d'Etudes Economiques Financières et Bancaires) créé par la Caisse Centrale de Coopération pour la formation des cadres supérieurs. Parallèlement à ses études, il participait activement à la création et à l’animation du RGE (Regroupement des Guinéens à I’ Extérieur) qui était en fait un véritable Parti d’opposition au régime du PDG.

 A la sortie de cette école, Siradiou effectua des stages au Ministère Français des Finances, à la banque de France et dans diverses Banques privées tant à Paris qu'en Province. De 1968 à 1970 il est chargé de mission à I'INSEE (Institut National de Statistiques et d’Etudes Economiques) à Paris.

2 mai 1970 : Siradiou entra à "Jeune Afrique" comme Economiste chargé de réaliser un annuaire sur l’économie Africaine. II se révéla rapidement un journaliste de talent et gravit tous les échelons de la hiérarchie: Rédacteur, Grand Reporter, Rédacteur en Chef, Directeur Adjoint, Directeur, Vice Président du Groupe Jeune Afrique.

 Au cours de 21 années de carrière journalistique, il sillonna un grand nombre de pays à travers les 5 continents. Il participa à de nombreuses conférences internationales à I' OUA, à la CEDEAO, au Maghreb et dans les pays Arabes sur divers thèmes concernant le devenir de l'Afrique et du Monde. Il su nouer et entretenir des liens solides d'amitié avec d'éminentes personnalités, y compris des Chefs d' Etats à travers le monde.

 C’est au mois de juillet 1991 que Siradiou rentra définitivement en Guinée pour y participer au combat pour la démocratie et la construction d’un Etat de droit. II adhéra d' abord au PGP (Parti Guinéen du Progrès) avant de fonder avec plusieurs cadres de divers horizons le PRP (Parti du Renouveau et du Progrès). En septembre 1998, il devient le Président de I' UPR (Union pour le Progrès et le Renouveau) à la suite de la fusion demandée par les militants du PRP, I' UNR (Union pour la Nouvelle République), et le RNP (Rassemblement National pour le Progrès).

II siégea à I' Assemblée Nationale de 1995 à 2004 en présidant successivement la commission des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, et celle du Commerce, Mines, Industrie et Artisanat; il fut aussi membre du Parlement de la CEDEAO où il s'investi dans le cadre de la résolution de nombreux conflits dans notre la sous-région.

Par son ouverture d'esprit, sa farouche détermination à préserver et renforcer la paix et I' unité nationale, son don de rassembleur, sa sagesse, son esprit de tolérance, il est parvenu, en dépit d'innombrables obstacles, à hisser I' UPR au rang d'un grand Parti national, solidement implanté à I' intérieur et à I' extérieur de la Guinée.

 Siradiou, parfois très mal compris dans ses attitudes modérées, jouait un rôle primordialentre une opposition inconstante et maladroite et un pouvoir qui faisait la sourde oreille

 Décédé à Paris le 14 Mars 2004, Siradiou DIALLO nous quitta au moment où nous avions le plus besoin de lui, de son sens de l'humain, de son savoir faire, de son expérience, de sa combativité.

 Le souvenir c’est le retour sans fin d’un fait passé auquel le cœur donne l’immortalité. Siradiou est parti   mais il restera présent dans nos esprits.

Afin de perpétuer sa mémoire, nous, compagnons de Siradiou nous engageons résolument à continuer son Œuvre au service de la Guinée et de l'Afrique.

 C’est  pour quoi, nous saisissons cette occasion pour faire un appel à tous ceux qui ont milité au sein de l’UPR et qui, pour une raison ou une autre, ont dû quitté le Parti fondé par le valeureux Siradiou, de revenir à la maison commune pour qu’ensemble nous continuons le chantier que notre ami commun, Siradiou, nous a légué. J’ai la profonde conviction que personne d’entre nous ne souhaite salir la mémoire de cet illustre disparu. Militants de l’UPR, d’avant-hier et d’hier, donnons nous la main, j’ai la certitude que nous avons la capacité de hisser très haut le flambeau de notre héritage commun. Les responsables de l’UPR que nous sommes ont cette ambition et cette volonté.

 vant de terminer, je voudrais profiter aussi de cette occasion pour supplier les medias ( la presse en ligne et les animateurs des différentes radios cominautaires ici aux USA d’aider au renforcement du tissu social en guinée  en acceptant de combattre résolument l’ethnocentrisme et le repli identitaire. Ils doivent refuser  d’être manipulé et de jouer à la désinformation des guineens. Divisé nous serons affaibli, uni nous serons fort et pourrons  emboîter les pas des autres nations africaines que nous avions précèdes a l’indépendance, mais derrière lesquelles nous tirons une lanterne rouge du développement.

Que l’âme de Siradiou repose en Paix, Amen. Encore une fois merci d’être venus, Mesdames et Messieurs.

 Je vous remercie mille fois.

Mohamed Aly Diallo alias caissier

Secretaire fédéral de l’UPR en amerique du nord

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

20090415_2067812505_.jpg

Dernieres videos