Elhadj Bah Ousmane
Président de l'UPR

A la une

Page noire : décès à l’Hôpital sino-guinéen de Kipe de la mère de Mr. Bah Ousmane président de l’UPR

 

C’est avec consternation que l’uprguinee.org a appris le décès d’hadja Fatou halabi Bah a l’âges de 88 ans des suites d’une maladie a l’hôpital Sino-guinéen de Kipe.

Lire la suite...

En réaction a cette sortie frustrante du Pr. Alpha Condé, qui a traité les cadres malinkés des cireurs de bottes qui partaient voir le général Lansana Conté pour être nommés, trois députés de la majorité présidentielle, ont rédigés une lettre ouverte pour dénoncer l’ingratitude du président de la république vis à vis de son ethnie et de ses militants.

Il s’agit   notamment de Sékouba Konaté, Dr Ousmane Kaba tous les deux membres du bureau politique du parti présidentiel et leur allié, Mamady Diawara, dirigeant du parti du travail et de la solidarité (PTS), dont le parti semble être le mieux implanté à Siguiri.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la lettre qu’ils ont adressé ce mercredi au président Alpha Condé pour lui exprimer leur déception et condamner avec force et vigueur la provocation et l’ingratitude :  

Mr. Le président,

Lors de la dernière assemblée générale du RpG Arc en ciel le samedi 28 mai 2016, consacrée à la cérémonie commémorative de votre retour en Guinée du 17 mai 1991, vous avez tenu un discours dont certains propos que nous condamnons.

Vous avez dit et nous citons : « aujourd'hui vous dites Malinké, Malinké. Cela veut dire quoi ? Moi je ne suis pas venu pour travailler pour une ethnie. Les gens qui ont le plus combattu le RPG ce sont les cadres Malinké se sont eux qui partaient voir le général Lansana Conté pour être nommés afin de combattre le RPG ». Vous ajoutez encore. « Tous ceux qui ont mené la lutte clandestine, il n'y avait aucun Malinké dedans. Je répète aucun Malinké, c'étaient des Bagas et des gens de Lola ». Fin de citation.

Faut- il rappeler que pendant cette longue lutte pour l'instauration de la démocratie plurielle dont vous étiez un des combattants, beaucoup de guinéens mais surtout de votre base politique en haute Guinée ont enduré la prison, les brutalités, la perte de Leurs biens et même certains ont perdu la vie. Nous pensons que les discours de haine et de division ne doivent pas être tenus par les hommes politiques. Ce discours est d'autant plus inapproprié qu'il s'adresse à une communauté dont les valeurs cardinales sont le courage, I ’honnêteté et la fidélité à la parole donnée. Sans cette loyauté indéfectible même dans un domaine aussi versatile que la politique, vous n’auriez jamais pu vous hisser à la magistrature suprême de notre pays.

Nous souhaitons qu'aucune communauté guinéenne ne soit victime de la stigmatisation. Celle-ci est une source de discrimination et de conflits contraire à notre objectif de bâtir une Guinée unie afin d'aboutir à une nation forte et prospère. Elle voudrait être une protection pour toutes les ethnies guinéennes. Notre protestation s'inspire du principe de la morale et de notre loi fondamentale qui récuse la stigmatisation à tout groupe ethnique en Guinée par un homme politique quel qu'il soit, et encore moins par un Président de la république. La Guinée est un peuple uni, solidaire dans sa destinée et culturellement soudé. Les intellectuels guinéens se doivent de cimenter cette unité et non de mettre les différentes communautés dos à dos.

En ce qui nous concerne, nous allons tirer après concertations, les conséquences politiques qui s'imposent.

Lettre transmise par Bangaly Sissoko a www.balekonews.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bah Ousmane au fouta2.JPG

Dernieres videos