Elhadj Bah Ousmane
Président de l'UPR

A la une

Affaire Oustaz Taibou : Le faux-prédicateur condamné pour escroquerie de plus de 8 milliards GNF

 

Ce vendredi 14 avril 2017, le tribunal a rendu le verdict dans l’affaire opposant le fameux prédicateur Oustaz Taibou Bah et son épouse Hassatou Baldé au cambiste Thierno Nouhou Diallo.

Lire la suite...

Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a exprimé ce samedi 7 janvier lors de la réunion hebdomadaire de son parti, sa déception face à la violation répétée de tous les accords signés avec le pouvoir en place. Il a cité 6 accords qui ont précédées celui du 12 Octobre 2016 que le pouvoir a refusé de respecter ses différents engagements

il dit citation : « ils se sont engagés à organiser les élections avant le 31 mars 2014. Ce n’est pas fait. Ils se sont engagés à indemniser les victimes des violences lors des manifestations. Ils n’ont rien exécuté. En 2014 on a fait un autre dialogue lors duquel on a constaté que rien n’a été fait. Ils se sont engagés à organiser les élections locales avant le 31 décembre 2014. Ils n’ont rien fait. Lors du dialogue d’août 2015, ils se sont engagés à organiser les élections avant le 30 juin 2016. Ils n’ont rien fait. Lors du dialogue d’octobre 2016, ils se sont engagés à organiser les élections en février 2017. Rien n’a été fait. Est-ce qu’ils peuvent nous dire qu’ils veulent la paix ? L’homme, indépendamment de l’aspect politique et de la violation des droits des autres, c’est d’abord le respect de la parole donnée. Ceux qui dirigent le pays ne peuvent pas mentir effrontément et refuser de respecter leurs engagements. C’est honteux pour la République »

Avant de terminer son intervention, le président de l’UFDG a demandé à ses militants de se mobiliser pour une prochaine marche sans donné la date ; tout en précisant que ces manifestations seront pacifiques conformément aux dispositions légales.

L’opposition républicaine dirigée par Cellou Dalein Diallo, promet d’animer une conférence de presse le 10 janvier 2017. Lors de cette conférence de presse les leaders de ce mouvement, pourraient annoncer le calendrier des manifestations si le pouvoir ne respecte pas ses engagements.

La grande question que beaucoup des guinéens se posent aujourd’hui est de savoir : Pourquoi l’opposition a accepté de signer un septième accord avec le pouvoir en place au lieu d’exiger le respect et l’applications des 6 accords précédents ? Cela n’est-il pas un coup de l’autodestruction ou une tentative de suicide politique ? C’est l’avenir qui nous le dira !

Mamadou Mountaga depuis le siège de l’UFDG pour www.balekonews.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

20090721_1876545132_.jpg

Dernieres videos